Découvrez d'autres sites de l'AVF
Association végétarienne de France V-Label 1,2,3, VEGGIE! Végécantines
Végépolitique
Notre assiette est politique !

Options végéta*iennes dans les cantines scolaires: ça bouge à l’international!

En France, la question des menus végés dans les cantines fait beaucoup réagir, du côté des défenseurs-ses de l’environnement et de la cause animale, dont les retours sont souvent très favorables, comme du côté des opposant-es à cette mesure comprise dans la nouvelle loi EGAlim. Et ailleurs dans le monde, que proposent les cantines? Petit tour d’horizon.

par Sarah Champagne - 21 janvier 2020

Aux Etats-Unis: un état et une ville particulièrement bons élèves 

Selon l’Association américaine de nutrition scolaire (School Nutrition Association), plus de 14% des districts scolaires américains proposent des alternatives végétales dans au moins une de leurs écoles. Ces districts sont répartis dans tout le pays, du Maine au Colorado en passant par le Massachussets. Mais, sans grande surprise, c’est en Californie et à New York que les initiatives mises en place ont le plus retenu notre attention.

 

Californie: une législation très favorable au véganisme en cours de discussion

Depuis plusieurs années, plusieurs districts de l’Etat de Californie proposent des repas végés dans leurs cantines, pour des raisons à la fois écologiques, éthiques, de santé, mais également financières: par exemple, dans le district scolaire unifié d’Oakland, 40 000 dollars ont été économisés suite à l’augmentation du nombre de repas végés dans les écoles. L’an dernier, un pas plus important encore a été franchi: des élu-es à l’Assemblée de Californie, soutenu-es par de nombreuses associations et organisations locales, ont présenté un texte de loi, le California School Plant-Based Food and Beverage Program. Celui-ci a pour but la subvention par le gouvernement d’État de repas végétaliens dans les cantines, et inclut également  la formation du personnel et des élèves à la cuisine et l’alimentation végétale. L’idée est d’orienter autant que possible les écoles vers la cuisine végé, notamment en encourageant le remplacement du lait animal par des alternatives végétales. Un projet très complet donc, et à forte dimension éducative! L’Assemblée l’a adopté en mai dernier et le Sénat, après amendements, l’a transmis en juillet au Comité d’Appropriation qui doit encore statuer sur le texte. On espère bien qu’il sera déployé dans les écoles dès la rentrée 2020! Pour suivre le processus législatif en cours, cliquez ici

 

New York City: des actions clés, dont le Lundi Vert

La ville de New York est elle aussi engagée pour la transition alimentaire! Depuis 2008, un programme municipal basé sur le volontariat accompagne les écoles qui souhaitent proposer des repas végétaliens réguliers dans leurs cantines. En 2019, le maire annonce étendre le programme Meatless Monday (lundi sans viande ou lundi vert), déjà adopté par quelques écoles de la métropole, à toutes les écoles new-yorkaises. 

Par ailleurs, la ville a lancé de nombreuses initiatives anti-gaspi et zéro déchet (recyclage encouragé et couverts compostables dans les écoles…) et offre gratuitement des repas sains et complets à tous les élèves lorsque les écoles en font la demande. Bravo New York!

 

Au Brésil

Malgré l’importance du secteur de la viande pour l’économie brésilienne (30% de la viande disponible sur le marché mondial provient du Brésil), le pays est loin d’être à la traîne en matière de végétalisation des cantines. Dans le district de Sao Paulo, les écoles participent au lundi sans viande au moins deux fois par mois depuis 2009. De plus, l’an dernier, l’association The Humane Society International, en partenariat avec les autorités locales, a lancé un projet baptisé École Durable (Escola Sustentavel) dans quatre municipalités de l’état rural de Bahia, dans le nord-est du pays. Ce projet engage une transition alimentaire d’ampleur: depuis la fin de l’année 2019 et pour une durée de deux ans au moins, tous les repas proposés par les cantines de ces municipalités seront 100% vegans. En outre, une formation de quatre jours en cuisine végétale est offerte aux cuisiniers de ces écoles. Une première mondiale! Il faut dire qu’au Brésil, le surpoids et l’obésité touchent la moitié de la population et ⅓ des enfants de 5 à 9 ans. L’alimentation est donc un enjeu urgent de santé publique, et d’ailleurs on observe un changement notable des mentalités sur le terrain: en 2018, 14% de la population était végéta*ienne, d’après l’institut de sondage Ibope, et ces chiffres continuent d’augmenter.

A la fin de cette expérimentation, en 2021–2022 donc, des tests de santé (notamment les niveaux de ferritine, de cholestérol et de vitamine B12 dans le sang) seront menés sur les élèves ayant participé au programme afin de déterminer s’il est intéressant d’implémenter durablement la mesure. Ce qui est certain en tout cas, c’est son intérêt environnemental — avec 30 000 élèves concernés, les émissions de gaz à effet de serre de l’état de Bahia devraient baisser de manière assez significative.

 

Au Portugal: une loi exemplaire

 

Voilà maintenant trois ans que la loi portugaise impose de servir une option végétalienne dans toutes les cantines publiques, que ce soit dans les écoles, les universités, les hôpitaux, et même dans les prisons. Pour la petite histoire, tout a commencé par une pétition lancée par l’Association Végétarienne du Portugal en 2016, et qui a rapidement recueilli plus de 15 000 signatures. Ce succès, ainsi que le soutien de trois partis de gauche, ont permis au projet de loi d’être examiné au Parlement, avant d’être adopté à une large majorité le 3 mars 2017. A quand une loi aussi inclusive en France?

 

Au Royaume-Uni: des projets encourageants, mais pas (encore) généralisés sur tout le territoire

 

Outre-Manche, l’association ProVeg International collabore avec de nombreuses écoles volontaires via son programme de végétalisation des cantines, UK’s School Plates. Les écoles participantes s’engagent notamment à mettre en place le lundi vert, à proposer tous les jours une alternative végétale goûteuse, mais aussi à travailler sur le libellé des menus afin d’encourager les élèves à se tourner vers les menus végés.  La plupart sont situées dans des grandes villes telles que Londres, Liverpool et Birmingham. En 2018–2019, 110 écoles primaires ont participé, ce qui a permis de servir environ 3,1 millions de repas sans viande ni poisson aux élèves. Le site internet meatfreemondays.com recense quant à lui plus de 200 écoles partenaires. Si ces chiffres sont encourageants, il n’existe pour le moment aucune recommandation officielle qui inciterait à végétaliser la restauration scolaire sur l’ensemble du territoire britannique.

Cependant, en Ecosse, la détermination de parents d’élèves a véritablement porté ses fruits en 2019. Dans deux comtés situés près de Glasgow, le West Dunbartonshire et le East Renfrewshire, et dans la ville de Glasgow même, des parents d’élèves ont dû batailler pendant plusieurs années pour obtenir une option végétalienne dans les établissements fréquentés par leurs enfants. Face au refus de ces établissements, les parents ont alors fait appel au soutien d’associations telles que GoVegan et la Vegan Society, lesquelles se sont tournées vers les autorités locales en invoquant des droits fondamentaux comme la liberté de conscience. Au terme de ces discussions, les trois comtés ont reconnu qu’il était de leur responsabilité de garantir ces droits fondamentaux. Ils ont donc par la suite mis en place une offre de menus végétaliens valable dans toutes leurs écoles. Comme quoi, la mobilisation, ça paye!

A noter d’ailleurs, la Commission britannique à l’égalité et aux droits humains estime que la loi sur les droits humains de 1998 protège le véganisme en tant que croyance philosophique. Dans le contexte de l’urgence écologique actuelle, cet avis pourrait sans doute donner lieu à de nouveaux recours juridiques, voire à une législation nationale instaurant l’option végétalienne quotidienne dans les cantines…!