Découvrez d'autres sites de l'AVF
Association végétarienne de France V-Label 1,2,3, VEGGIE! Végécantines
Végépolitique
Notre assiette est politique !

Non à l’interdiction européenne des burgers veggie !

L’Union Européenne prévoit d’interdire l’utilisation de termes comme “burger”, “escalope” et “alternative au lait” pour les produits d’origine végétale. Une restriction inutile et paternaliste, qui entrave toute transition alimentaire positive vers une alimentation moins carnée.

Stoppons ensemble ce projet avant qu’il ne soit adopté : signons cette pétition !

Pétition

Bonjour,

Le 1er avril 2019, la Commission Agriculture et Développement Durable (AGRI) du Parlement européen a voté plusieurs amendements à la réforme de la future Politique Agricole Commune (CAP). Parmi ces amendements, l’un d’eux pourrait, s’il est adopté, renforcer les contraintes imposées aux industries de l’agroalimentaire souhaitant promouvoir la commercialisation de produits d’origine végétale.

Dans le cas où cet amendement serait mis en oeuvre, il serait alors interdit aux entreprises d’employer des termes comme “burger végétarien” ou “saucisse végane” pour désigner leurs produits. La proposition alourdirait par ailleurs les restrictions applicables aux alternatives végétales aux produits laitiers déjà existantes, pouvant même mener jusqu’à l’interdiction de l’expression “alternative végétale au lait”.

Cette restriction, injustifiée, ne serait dans l’intérêt ni des consommateur-rice‑s, ni des acteur-rice‑s de l’agro-alimentaire. Pour les produits d’origine végétale, l’utilisation de termes comme “burgers”, “saucisse” ou “lait” est décisive puisqu’elle permet aux consommateur-rice‑s de clarifier les propriétés des produits concernés. L’amendement proposé, s’il est adopté, entravera une transition alimentaire positive, initiée et portée par la croissance du marché des alternatives végétales. Ce marché compte aujourd’hui parmi les plus innovants et dynamiques de l’agro-alimentaire.

En outre, cette interdiction ne sert aucun objectif clair ou justifiable. Il n’existe en effet à ce jour aucune preuve appuyant l’idée que les consommateur-rice‑s ou l’industrie agro-alimentaire voudraient ou auraient besoin de cette restriction. Ou que la clientèle soit induite en erreur par des produits végétariens et véganes, qui sont en règle générale très clairement étiquetés. Les produits végétariens et véganes, en imitant des produits d’origine animale, ne cherchent pas à induire les consommateur-rice‑s en erreur. Ils sont à l’inverse une réponse à la demande croissante d’alternatives innovantes aux produits d’origine animale. Les citoyen-ne‑s les sélectionnent en conscience pour leurs similarités (que ce soit du point de vue du goût, de la texture ou du mode de préparation / consommation) aux produits d’origine animale.

Nous appelons le Parlement européen nouvellement élu à abandonner ce projet d’amendement dans le cadre des négociations autour de la future PAC. Nous l’invitons par ailleurs à mettre un terme à toutes les autres restrictions inutiles qui portent sur la désignation et l’étiquetage des produits d’origine végétale.

**votre signature**

3,496 signatures = 70% de l’objectif
0
5,000

Partager avec vos amis:

   

Appel au partage de la pétition

Plus nous serons nombreux.ses à soutenir cette initiative, plus facilement et rapidement nous pourrons atteindre nos objectifs.

Aidez-nous à empêcher l’Union Européenne de freiner le développement du marché pour les alternatives végétales aux produits d’origine animale. Nous vous remercions d’avance pour votre précieux soutien !

Une interdiction nuisible à l’innovation

Le marché des alternatives végétales aux produits d’origine animale croît à un rythme continu et constitue un terreau favorable au développement d’innovations alimentaires durables. Toute restriction inutile appliquée à ce type de produits entrave l’évolution, positive, de nos choix de consommation.

Une interdiction néfaste à la protection des consommateur-rice‑s

Les consommateur-rice‑s qui s’intéressent aux produits d’origine végétale souhaitent être en mesure de savoir exactement ce qu’ils achètent. Désigner ces alternatives par des noms généralement associés à leurs homologues d’origine animale permet de donner des informations essentielles sur leur goût, leur mode de préparation et de dégustation.

Une interdiction inutile

Il n’existe aucune indication laissant à penser que les pratiques actuelles de dénomination des produits végétariens et véganes déstabiliseraient ou tromperaient la clientèle. L’affirmation selon laquelle le terme “burger veggie” (et autres expressions similaires) serait mal interprété des consommateur-rice‑s n’est aujourd’hui pas vérifiable.

Que pouvez-vous faire ?

Signez notre pétition. Vous nous aiderez ainsi à faire en sorte que ce projet d’amendement ne soit pas adopté.
Soutenez notre travail par un don. Votre soutien nous permet de financer nos campagnes, et donc de défendre un modèle alimentaire végétal.

Soutenu par